Arsenal, tu m’emmerdes !

Arsenal, tu m’emmerdes !

PAF ! Le titre qui fait tout de suite de l’effet. J’ai attendu le lendemain pour écrire. J’aurais pu prendre mon clavier à 18h30 ce dimanche 27 août, mais sous le coup de l’émotion le texte se serait envenimé.

24h après la déconfiture, et une bonne nuit de sommeil, il est donc venu le temps que je te dises, Arsenal, ce que je pense de toi aujourd’hui ! Cela fait 20 ans que je te supportes (Désolé j’ai  29 ans, j’étais pas forcément en état de supporter avant, sinon je l’aurais fait avec plaisir) ! Et ces dernières années, le mot supporter a vraiment pris tout son sens. Je pars du principe qu’aimer une équipe, c’est dans les bons et les mauvais moments. Des bons moments, il y en a eu. Et ce ne sont pas 2 défaites en ce début de saison qui vont me faire changer d’avis.

Merci pour les 3 Cup, pour le COmmunity aussi. Merci pour les victoires à Manchester City, à Tottenham des fois, à Liverpool aussi (si, si !). Merci pour les nombreux déplacements que j’ai fais avec les copains d’Arsenal France, pour les journées à attendre que tes joueurs rentrent sur la pelouse et que je sois fou pendant 1h30 !

Non ce qui m’emmerdes profondément, ben c’est que … je m’emmerdes voilà !

Ce qui m’emmerdes, en fait, ce ne sontt pas les 3 points perdus à Liverpool. Les Reds sont au-dessus et des cadors, il y en aura d’autres qui se mangeront à Anfield. Ce n’est pas non plus ce début de saison de Premier League un peu foiré. L’Angleterre a ce formidable pouvoir de rendre une équipe dégueulasse de début de saison, championne à la fin (CHelsea 2016/2017, par exemple !). Au final, 4 points nous séparent de City, Liverpool … et encore moins de Chelsea ou de Tottenham. Seul United semble sur un nuage pour le moment.

Non ce qui m’emmerdes profondément, ben c’est que … je m’emmerdes voilà ! Je m’ennuie devant toi. Y a plus grand chose qui me fait lever de mon siège, qui me fait gueuler de plaisirs. Je t’ai toujours aimé pour ça. Peu de résultats sur les 10 dernières années, mais des joueurs avec de l’envie, de la technique, un collectif qui dans ses meilleurs jours pouvait faire rougir les plus grandes écuries espagnoles. Ben tout ça, depuis quelques mois, envolés ! Forcément, à un moment, ça coince aussi au niveau comptable.

Courage et choix !

Alors maintenant tu arrêtes tes conneries. À commencer par toi Arsène ! Je n’ai connu que toi à Arsenal, un premier amour qu’il ne faudrait pas vouloir garder indéfiniment jusqu’à épuisement. S’accrocher, avoir peur de l’avenir ensemble, ou pas, c’est un peu idiot ! Arsenal continuera, et toi aussi Arsène. Tu resteras l’un des plus grands dans ce club. Le board t’as donné une prolongation, j’en suis ravi (vraiment), mais je sens que les signaux ne répondent plus. J’espère me tromper, et voir que d’ici quelques semaines les choses iront dans le bon sens. Les joueurs te soutiennent (publiquement en tout cas …), mais pour combien de temps encore ?

Hier, sur ton banc, tu râlais. Sans forcément te dire que tout cette situation est un peu de ta faute ? J’en doute. Je suis sûr qu’au fond de toi tu le sais. Mais alors, pourquoi continuer dans cette voie là ? Cette composition était ridicule. La première fois que je le pense. J’ai toujours validé la plupart de tes choix, mais ceux d’hier étaient indéfendables. Pire encore, tu as donné tous les arguments pour que le WengerOut reparte. Ne te doutais-tu pas qu’en laissant nos 2 (seules) recrues de la saison sur le banc, tu serais forcément ciblé ? Qu’en alignant Welbeck qui a été particulièrement inefficace contre Stoke, et en laissant Giroud sur le banc, tu t’attirerais les remontrances des fans ? Que de laisser à Holding et Monreal la défense centrale face à cette équipe là, c’était un peu laisser Kos et Cech dans la « merde » ? Que Xhaka, aussi bon soit-il dans certains compartiments du jeu, était en ce début de saison trop dangereux pour notre défense et une équipe en contre ?

C’est l’heure des choix et du courage ! Celui de te dire, enfin, que le social c’est terminé. On ne « teste » pas face à Liverpool. On ne met pas des joueurs pour leur petit plaisir sur le terrain, pour se dire qu’il faut encore leur laisser une chance. NOn, pas contre Liverpool. Tu avais certainement une tactique, mais pas la bonne. À priori, la même depuis plusieurs mois. Incapables de s’adapter à l’adversaire. On aligne des mecs qui sont des soldats, sur lesquels on peut compter. Pas forcément pour prendre une victoire, mais au moins pour éviter la fessée. On arrête de vouloir protéger des petits gars qui n’en ont pas grand chose à foutre de ce club. Chambertain, tu veux partir ? Part, mais assumes. Les zones de confort, c’est terminé. Bon ou pas, à Arsenal, tu est quand même sûr d’être sur la feuille de match … STOP ! Concurrence ne fera pas de toi un mauvais manager Arsenal. C’est le propre du dirigeant, de faire des choix, forts parfois, durs aussi. D’écarter s’il faut écarter, dans un seul but : la réussite de ton équipe. Tu sais le faire, Arsène. Et j’espère que dorénavant tu le feras !

Sauver le soldat Arsenal, tout de suite

Parce que le temps est déjà compté. Une année sans titre serait difficile. Une seconde saison sans ligue des champions serait catastrophique. Car le peu de stabilité qui règne encore ici serait détruit. On aura l’air fin, au mercato 2018, quand il faudra remplacer la moitié de l’effectif sans aucune rentrée financière, non ? Ce qui aurait du être anticipé dès cette saison, avec une ou deux recrues supplémentaires ?

Arsène Wenger n’est pas le seul à blâmer, loin de là, même si sa tactique d’hier a envoyé tout le monde au casse-pipe ! Merci Ramsey, merci Ozil, merci Sanchez, d’avoir posté vos commentaires et vos jolies photos sur vos réseaux sociaux. Cela rassure un peu, mais ne pardonnes pas. Les responsables, c’est aussi vous. Soyez très clair sur ce que vous voulez, et la manière dont vous voyez ce club ! L’aimez-vous autant que les hashtags que vous postez ? Si c’est le cas (et je n’en doute pas), alors sortez vous collectivement les doigts du cul ! Et dites-vous les choses, sans ambiguïté, sans méchanceté. Soyez des leaders, près à assumer aussi de vous retrouver sur le banc pour le bien du collectif. Arrêtez de penser à « votre carrière », vos potentiels « nouveaux challenges à relever ». Il n’y a pas de nouveaux challenges, puisque l’actuel n’a absolument pas été mené. Pourtant, Arsenal est un bon endroit pour le faire. À vous, aussi, de nous qualifier pour la ligue des champions, de nous amener aux sommets.

Enfin, chers dirigeants. Réagissez ! Il reste quelques jours pour rassurer tout le monde : staff, coach, joueurs, supporters. Signez, prenez des décisions, faites partir les joueurs qui n’ont plus le niveau pour être parmi nous. Montrez qu’Arsenal n’est pas une ligne supplémentaire sur le compte-rendu de votre banque.

Promis, nous supporters, nous continuerons d’être là ! D’avoir mal après de tels réveils. Mais d’être certains, encore, qu’Arsenal est le bon choix. Il n’y a rien de pire que ce qui est en train de se passer. Nous, supporters, avons un trop plein… Trop plein d’amour, trop plein de haine parfois, trop plein de fatigue, trop plein d’habitude !

 

 


Laisser un commentaire