Déplacement au Parc des Princes ce soir pour notre mighty Arsenal.

Déplacement au Parc des Princes ce soir pour notre mighty Arsenal.

Ce type de match est toujours un match particulier, qui va au-delà d’un affrontement sportif. On est presque dans l’affrontement idéologique entre Nous, défenseurs de la veuve et de l’orphelin du fairplay financier, d’une certaine éthique, aka dépenser l’argent que l’on génère, pas plus, et si possible moins, beaucoup moins, VS le jouet d’un milliardaire qui veut tout gagner, très vite et est prêt à faire couler l’argent à flot pour y arriver (coucou City, Chelsea biggrin).

Mais là où ce match est encore plus particulier, c’est qu’en plus de dépenser des fortunes partout en Europe (sauf en Ligue 1), le PSG a même essayé de nous piquer Arsène, notre Arsène, notre chouchou, notre guru, notre Dieu vivant, notre vieillissant Picsou .

Comme le rappelait hier l’Équipe, Arsène a longtemps été la cible numéro 1 des qataris, depuis le moment où ils ont repris le P$G, jusqu’à très récemment, mais notre fidèle Guide n’a jamais cédé à leurs $irène$, pourtant $onnante$ et trébuchante$.

L’Équipe précise qu’Arsène a refusé de se laisser tenter parce qu’il souhaite toujours aller au bout de ses contrats et qu’il n’était jamais en fin de contrat lorsque les qataris sont venus le chercher.

La vérité, c’est que le mariage n’aurait jamais fonctionné. Comment Arsène, l’homme qui refuse de dépenser un euro de plus que la valeur réelle du joueur, quitte à parfois passer à côté de joueurs de grand talent, pourrait-il s’intégrer dans un tel club ?

Parce que pour les qataris, le prix du vendeur sera le leur. Bon oui, il y a eu quelques très belles affaires (Matuidi 8M€, Verrati 12M€). Mais alors, niveau pigeon, le PSG a tout de suite voulu entrer dans la cour des très grands et rattraper son retard sur City par exemple (Pastore, Lucas à 40M€ lol, David Luiz à 50M€ lol, Lavezzi à 30M€, Cavani plus de 60M€ lollol ).

Et tout ça pour quoi ?

Oui le PSG est aujourd’hui considéré comme un des prétendus gros poissons en Europe, un des potentiels vainqueurs de la C1 chaque année.

Mais la réalité, c’est qu’il n’a jamais passé les quarts de finale, trop souvent éliminé contre des équipes anglaises à sa portée. La réalité, c’est qu’il existe un plafond de verre sur la qualité des joueurs à même de signer au PSG, incapable de déloger des titulaires indiscutables des très grands clubs. La réalité, c’est qu’aujourd’hui notre onze est largement au niveau du PSG, bien que moins clinquant et moins bling bling.

Ce qui est amusant, c’est que les observateurs, ainsi que les supporters parisiens, voient déjà le PSG premier de son groupe « d’Europa league », sans forcer.

Pourtant, Paris va affronter une équipe vice-championne d’Angleterre, toujours placée, bien supérieure au City qui a éliminé très facilement le PSG l’an dernier, et qui s’est renforcée intelligemment cette année, sur toutes les lignes.

De son côté, le PSG est à la peine, a changé son entraineur qui a tout repris à zéro, a plutôt mal géré son mercato en remplaçant le monstre sacré qu’était Zlatan par une jeune pousse madrilène, titulaire une fois en cinq matchs (mais qui n’est le remplaçant de personne ne l’oublions pas), et en laissant partir David Luiz le dernier jour (qui tout aussi stupide qu’il était, apportait tout de même une certaine aura plus importante que Kimpembe, jeune pousse lancée dans le grand bain).

On débarque donc ce soir au parc avec quelques certitudes, face à adversaire coriace mais prenable. C’est le bon moment pour frapper un grand coup, montrer que le clinquant et les millions dépensés à tout va ne sont pas les seuls et uniques moyens d’accéder au succès, montrer que le travail de fond et de longue haleine d’un passionné, même vieillissant et proche de ses sous, peut nous mener au succès.


Laisser un commentaire