Ouf !

Ouf !

Pas de mystère, je n’aime pas la période du mercato !  C’est trop long, trop fou… trop lourdingue. Mais alors cette année, il n’y a pas que les records de dépenses qui ont été battus : qu’est-ce que cette période des transferts a pu être pénible !

Ouf, c’est fini !

J’ai bien cru qu’on allait apprendre un beau jour le suicide d’un fan. Sérieusement, le mercato est souvent dingue, mais là, on a basculé dans le complètement stupide, tout cela très tôt. D’habitude, j’arrive plus ou moins à m’accommoder des angoisses des uns et des autres, parce que untel a signé dans un autre club ou parce qu’un autre est supposé faire l’objet de l’intérêt d’Arsenal. Mais là, tout cela a atteint des sommets. Entre les gars qui relaient une supposée lettre de démission d’un salarié du club (rédigée probablement en quatre minutes), les soi-disant désintérêts de certains joueurs, la signature de Pérez forcément dans la panique, Arsenal Horse qui met le feu à Twitter en annonçant la tenue d’une visite médicale demain. Ou le jour d’après. Éventuellement dans deux jours…Tout ça était R.I.D.I.C.U.L.E. !
Et les journaux… Eurosport m’a fait rire en attribuant la note de 9/20 au mercato d’Arsenal. On note les mercatos aujourd’hui ? Le 2 septembre ? Mais ils sortent d’où les gars qui ont eu une telle idée ? Surtout que le loustic à l’origine de l’article, dans sa première version, oubliait que l’on avait signé Xhaka, rien que ça ! C’est le grand nombre de commentaires soulignant à quel point cette erreur était décrédibilisante qui a forcé la rédaction d’une seconde version de l’article. Évidemment, la note reste la même, car on parle d’Arsenal, là ! Le jour ou Arsène achète Messi et Ronaldo pour 10 millions chacun, il faudra trouver un truc pour critiquer quand même. Pas le bon moment. Trop tôt, trop tard. Billet d’avion qui n’offre pas la bonne classe… C’est comme ça. J’ai longtemps essayé de comprendre pourquoi, d’analyser si ça vient d’un traitement journalistique moins bon, d’une croyance populaire tenace.  Et je n’arrive pas à savoir.
Comment se fait-il qu’Arsenal traine à ce point une image aussi dégradée ? J’hallucine un peu quand je vois les commentateurs de lequipe.fr qui se mettent à défendre Balotelli dès l’instant où il signe à Nice. Balotelli ! Ce gars cristallise une bonne partie des vannes et du dédain des supporters. Bam, il signe en France et on ne doit plus y toucher. Le français est chauvin, on le sait. Mais alors pourquoi  on ne fout pas la paix à un club qui a hébergé tant de tricolores et qui fournit aujourd’hui deux titulaires de l’Equipe de France ?
J’en ai déjà parlé il y a quelques semaines, Giroud et Koscielny sont titulaires en EdF, mais combien de temps il a fallut (et de matches irréprochables) pour que le second ait (un peu) la paix (cf l’excellent article de Patrice sur le sujet). Pour Olivier, malheureusement, je pense que c’est peine perdue. C’était dingue de lire et d’entendre hier, jour de match avec l’équipe nationale, qu’Olivier avait vécu « un début de saison compliqué avec Arsenal ». Oui, c’est vrai, il ne joue pas. Le gars part en vacances le 11 juillet. Il revient au club le 10 août, soit 4 jours seulement avant le premier match de Premier League ! Et la prépa ? D’ailleurs, on parle du « début de saison compliqué » de Griezmann ? Non. Parce qu’il ne joue pas à Arsenal.

On reproche souvent à Arsène l’absence de titre « majeur » (comprenez autre que la Cup, anodine aux yeux du footix) depuis 10 ans. Personne ne va critiquer Chelsea ou les deux clubs de Manchester qui ont construit leurs équipes à coups de milliards. Personne ne va critiquer Liverpool, dont le dernier titre remonte à 1990 (26 ans !). Non ! Mais on va bâcher un club qui a fourni au football un jeu et une éthique à part.
Ouf ! Une éthique !

En voilà un drôle de mot, dans un article qui parle de foot en 2016 ! Des fans et des pas-fan réclament le départ de Wenger. J’avoue que, comme beaucoup, il m’arrive de râler copieusement contre notre manager, mais je crains vraiment le jour de son départ. Et sa succession à venir.
Prenons le cas d’Alex Ferguson. Bien évidemment, je les ai allègrement détestés, lui et son équipe. Mais tout cette animosité était teintée d’un respect, celui qu’on applique à un vrai rival. Sir Alex est parti en mai 2013. Il y a trois ans et quelques mois, donc. Entre l’effectif champion en 2013 et celui qui attaque 2016-2017, seuls 7 des 31 joueurs d’alors évoluent toujours au club. A titre de comparaison, Arsenal a conservé 12 des 25 joueurs qui ont terminé l’exercice à la 4e place en 2013. Vous me voyez venir ? Ce que je veux dire là, c’est que ce club a changé complètement d’identité et a complètement basculé dans le « n’importe quoi sportif ».  Sans résultat autre qu’une Cup, je le précise. Et sans qualif pour la Champions League, au passage. Demain, Arsène part. Qui pour le remplacer ? L’identité du club sera-t-elle piétinée par ses successeurs comme celle de ManYou ?
Ouf… Le mercato est terminé.

On va pouvoir se calmer. Et les « légendes » vont aussi la fermer. Pour l’instant… Personne n’est chagriné de voir que Conte ramène sa famille et ses potes dans le staff de Chelsea. Où –d’ailleurs- on ne trouve pas tant de « légendes » que ça. Par contre, à Arsenal, ça devient tout de suite problématique. Petit nous conte les états d’âme de Pat. Lauren qui se déchaîne. Henry tape à tout va. Et dire que certains s’insurgent que Titi ne soit pas dans le staff d’Arsenal… Mais enfin, il l’a été ! Et comment accepter qu’un gars qui bosse dans le club (même bénévolement puisque c’est ce qu’il a proposé) tape dessus à la télé le week-end ? Transposez la situation : vous quittez le bureau le vendredi tout sourire et le dimanche, vous allez expliquer sur TF1 que votre patron est un naze, il se passe quoi -à votre avis- le lundi ?
Ouf enfin car on a gagné notre premier match de la saison. Enfin, il y a des fois où je me demande à quoi ça sert de la jouer cette compétition de Premier League, vu que l’on est Arsenal, et donc qu’on l’a perdue dès le coup de sifflet final contre Pool… Sinistrose chez les uns, fatalité pour d’autres. Et faites tourner les rotatives, Arsenal n’est pas prêt. Mercato raté. Arsène déboussolé.
On n’aura jamais le même traitement que les autres mais on s’en fout car…

…ouf !- nous sommes Arsenal ! Et on vous emmerde !


Laisser un commentaire